Vincent, 25 ans, business developper dans le photo-voltaïque

Ingénieure agronome fraîchement diplômée, Solène Faure a la fibre écolo chevillée au corps. Son engagement a germé peu à peu et s’est enraciné au fil de ses lectures de philo en classe prépa, puis pendant ses études en école d’ingénieur agronome. Aujourd’hui, sa mission au sein de l’Office Français de la Biodiversité est double, elle travaille en Nouvelle-Aquitaine pour un projet européen où elle mêle son bagage technique à la création d’un réseau d’acteurs engagés !

Une chose est sûre, si le projet lui plaît, sa boule de cristal lui dit qu’elle y sera toujours dans 5 ans ! 🍃

Retour sur les bancs du lycée, tu passes le bac… C’était quoi ton plan à ce moment-là ?

Je souhaitais devenir ingénieur, afin de pouvoir avoir un impact positif et concret sur le monde, et en particulier sur la transition écologique. Venant des montagnes, l’impact du réchauffement je le constatais au quotidien, c’est pourquoi la nécessité de l’engagement me paraissait inévitable.

Peux-tu nous raconter ton parcours d’études ? Etais-tu concerné par la transition pendant ta formation ?

Après un an de prépa scientifique, je fais une hypokhâgne – khâgne pour me permettre d’entrer à Sciences Po Lyon.

J’ai ensuite fait un master spécialisé dans la gestion de projet et la coopération internationale.

Est-ce que tu as eu d’autres expériences à côté de tes études ?

En parallèle de mes études, je me suis engagé dans une association étudiante pour avoir un impact écologique local, à l’échelle de mon école.

J’ai aussi travaillé pendant 3 mois dans une ONG en Argentine pour lutter contre le mal logement.

On veut comprendre ce que tu fais ! Peux-tu nous décrire ta journée type de pépite ?

Je passe une partie de ma journée à recevoir des propositions de terrains sur lesquels implanter potentiellement des centrales photovoltaïques au sol. Grâce à divers outils de cartographie ou de météo, je vérifie le potentiel des terrains. Ensuite, si le terrain me paraît propice, j’élabore une proposition commerciale, puis je me déplace au domicile des personnes nous ayant contacté. Après une phase de négociations, nous trouvons un accord et signons une promesse de bail nous permettant d’étudier dans le détail les caractéristiques du terrain.

Je suis aussi chargé de communication de mon entreprise, et m’occupe donc d’écrire des communiqués de presse, des réseaux sociaux etc…

En somme, j’ai une très grande diversité de tâches à exécuter au quotidien.

Quels sont les éléments de ton parcours qui s’avèrent les plus utiles dans ton job actuel ?

C’est avant tout les compétences humaines qui me servent au quotidien. L’excellent relationnel, ainsi que les capacités de rédaction me venant de ma formation me servent au quotidien.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ? Au contraire, qu’est-ce que tu aimes moins, ou qui est plus difficile ?

La diversité des tâches et des interlocuteurs est passionnante.

L’opposition idéologique au solaire est parfois en revanche difficile à accepter, quand nos interlocuteurs refusent d’écouter nos arguments

Petit coup d’oeil à la boule de cristal : où te vois-tu dans quelques années, niveau boulot ?

J’aimerai diriger une équipe de business développement en Amérique Latine !

Retour vers le futur ! Tu reviens te murmurer à l’oreille au lycée, qu’est-ce que tu te dis ?

Que quelle que soient nos capacités, il est toujours possible de trouver sa voie, sa place et de développer un impact positif pour la planète au quotidien

Des conseils de lectures / écoutes / outils qui t’ont guidée vers ce premier job ?

Le film Demain est un incontournable !

La pensée de Pierre Rabhi est très inspirante aussi.

Envie de poser d’autres questions à Vincent sur son parcours ? Ecrivez-lui ici !
Vous êtes une pépite et vous souhaitez remplir le formulaire ? RDV ici !