Seva, 23 ans, fondatrice d’une marketplace pour la mode éthique

Seva Houez a toujours eu une fibre entrepreunariale et ce goût pour la mode et le streetwear. Après une formation en IUT aux Techniques de Commercialisation, elle décide de monter son propre projet pour mettre en avant les créateurs et offrir une alternative aux pratiques de la fast-fashion.

Elle fonde ainsi SEVA, une marketplace qui rassemble des marques indépendantes, éthiques et responsables écologiquement. Chacune d’entre elles doit suivre une charte et l’équipe de Seva rencontre ses créateurs pour construire un vrai échange autour des valeurs qui les rassemblent.

Une façon de réorienter le commerce et le streetwear vers des modes de consommation plus durables ! Et justement, Seva est bien décidée à ce que son projet dure dans le temps 🍃

Retour sur les bancs du lycée, tu passes le bac… C’était quoi ton plan à ce moment-là ?

Lorsque j’étais au lycée, j’avais déjà une idée d’entreprise. Je commençais à m’intéresser au milieu des sneakers et en cherchant désespérément une paire sur internet, que je n’ai jamais trouvée, j’ai eu l’idée de créer un comparateur de prix de sneakers. Finalement, j’ai concrétisé cette idée par un projet d’entreprise lors de mes études supérieures. Mais ce n’était pas encore SEVA, la marketplace que je gère aujourd’hui.

Peux-tu nous raconter ton parcours d’études ? Etais-tu concernée par la transition pendant ta formation ?

À la suite de mon BAC ES, j’ai suivi une formation Techniques de Commercialisation à l’IUT de Quimper. Pendant ma 2e année, j’ai eu le statut étudiant-entrepreneur car mon idée d’entreprise au lycée commençait à germer dans ma tête. Pendant ma formation, je n’étais pas dans une transition aussi proche que maintenant sur ma consommation niveau mode, mais je commençais à m’intéresser à des alternatives à la fast-fashion comme des marques indépendantes. De manière générale, je n’ai jamais été une grosse consommatrice de vêtements et de fast-fashion, car je ne trouvais rien à ma taille, tout simplement.

Est-ce que tu as eu d’autres expériences à côté de tes études ?

Lors de ma 1re année en Techniques de Commercialisation, j’ai pu réaliser un stage d’un mois en Allemagne dans une entreprise spécialisée en séjour de voyages linguistiques. Pendant ce mois, j’ai pu travailler d’arrache pied sur mon premier projet d’entreprise, car là où j’étais logée je n’avais aucune connexion internet et la télé était en allemand. Donc j’ai pu me focaliser à 100% sur mon business plan.

Je suis également bénévole dans mon club d’escrime depuis 2 ans maintenant. Je suis en charge de la communication digitale.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire un travail engagé pour la transition ? Quel a été le déclic dans ton parcours ?

J’ai porté mon projet de comparateur de prix de sneakers pendant 2 ans et demi environ. Pendant ces 2 ans, j’ai vu le monde des baskets changer, prendre un tournant que je n’aimais pas trop : resell, achat de masse de sneakers, etc. Ce n’est pas forcément des valeurs que je partageais, puis il faut savoir que c’est un milieu très masculin et particulier.

Au fil du temps, j’ai pu rencontrer sur les réseaux sociaux des créateurs de marques de vêtements dans le streetwear, un milieu complémentaire à celui des sneakers, et j’ai remarqué qu’ils peinaient à se faire connaître. C’est là que l’idée de créer une marketplace dédiée aux marques de vêtements indépendantes streetwear est née. J’ai donc arrêté le projet de comparateur pour me focaliser uniquement sur la marketplace SEVA avec mon associé Armel. C’est un projet beaucoup plus enrichissant professionnellement et humainement parlant.

On veut comprendre ce que tu fais ! Peux-tu nous décrire ta journée type de pépite ?

Je commence à travailler à 9h, je regarde mes mails, je veille sur les réseaux sociaux. Ensuite je regarde ma to do list et mon tableau d’objectifs de la semaine puis c’est parti ! Je jongle entre SAV, marketing, communication, montage vidéo, relation avec les marques, etc. Je termine souvent vers 19h mais je ne m’arrête pas vraiment.

Quels sont les éléments de ton parcours qui s’avèrent les plus utiles dans ton job actuel ?

Plein de compétences que j’ai développées au fur et à mesure : la communication et le marketing, la négociation, le phoning, le réseautage, et mon anglais aussi !

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ? Au contraire, qu’est-ce que tu aimes moins, ou qui est plus difficile ?

J’adore communiquer avec nos créateurs quotidiennement, les voir évoluer. J’aime aussi mettre en place des choses concrètes comme des évènements, voir mon projet évoluer et les commandes arriver.

Le plus difficile est d’être la seule à plein temps sur le projet, car ça nécessite de jongler constamment entre plusieurs domaines.

Petit coup d’oeil à la boule de cristal : où te vois-tu dans quelques années, au niveau boulot ?

Je me vois toujours à la tête de ma marketplace avec une bonne équipe derrière ! Plein d’évènements, de conférences autour de la mode !

Tu reviens te murmurer à l’oreille au lycée, qu’est-ce que tu te dis ?

Tu as fait le bon choix ! Ça sera dur à certains moments, mais t’en sortiras plus grande. Lâche rien et veille à t’entourer de bonnes personnes, attention aux charlatans.

Des conseils de lectures / écoutes / outils qui t’ont guidée vers ce premier job ?

100% la conférence TedX de Panayotis Pascot !

Envie de poser d’autres questions à SEVAsur son parcours ? Ecrivez-lui ici !
Vous êtes une pépite et vous souhaitez remplir le formulaire ? RDV ici !