Sébastien Morville

C’est sous le soleil de La Réunion que l’on croise Sébastien Morville. Lui qui s’est orienté vers des études d’ingénieur en bâtiment et énergie un peu par hasard, a pris toute la mesure du rôle qu’il pouvait jouer pour bâtir des villes plus durables lors d’un voyage à Bangkok. Aujourd’hui ingénieur qualité environnementale du bâtiment chez LEU (Laboratoire d’Ecologie Urbaine) Réunion, il nous partage son histoire et ses aspirations pour son île.

Retour sur les bancs du lycée, tu passes le bac… C’était quoi ton plan à ce moment-là ?

De base, je voulais m’orienter vers la médecine, en particulier la kinésithérapie. Mais n’ayant pas le niveau nécessaire pour entamer une année de PACES (« première année commune des études de santé), je me suis orienté vers une école d’ingénieur qui proposait une prépa intégrée commune à plusieurs spécialités. Ne sachant pas trop quoi faire, je me suis lancé en espérant trouver ce qui me plaisait en route.

Peux-tu nous raconter ton parcours d’études ? Etais-tu concerné par la transition pendant ta formation ?

J’ai donc démarré par 2 ans de prépa intégrée à l’ESIROI où j’ai pu découvrir trois spécialités : bâtiment & énergie, agroalimentaire, et informatique & télécommunication). A l’issue de ces deux ans, j’ai rejoint la spécialité Bâtiment et Énergie pour 3 années de cycle ingénieur.

Oui j’étais concerné, mais beaucoup moins que maintenant. Dans le monde professionnel, on se rend compte de beaucoup plus de choses.

Est-ce que tu as eu d’autres expériences à côté de tes études ?

Bien sûr !

Plusieurs stages (ouvrier, technicien, assistant ingénieur), dont un qui m’a marqué en particulier : un stage à l’étranger, dans un bureau d’études de conception à Dublin en Irlande. C’était une magnifique expérience humaine et professionnelle.

Un voyage d’études en Thaïlande, avec notre promo !

Et j’ai aussi été responsable évènementiel du Bureau Des Élèves de notre école, puis vice-président l’année d’après !

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire un travail engagé pour la transition ? Quel a été le déclic dans ton parcours ?

Mon déclic… je pense qu’il est arrivé lorsque l’on était en Thaïlande avec notre promotion, en 4ème année d’école d’ingé.

On était à Bangkok, et je pense que c’est là que j’ai réalisé que nous étions vraiment dans la merde… des constructions inadaptées au climat, de la climatisation acharnée, trop trop trop de voitures, un environnement clairement insupportable et néfaste pour notre santé !

Comment as-tu trouvé ton job ?

J’ai été embauché à l’issue de mon stage de fin d’études !

On veut comprendre ce que tu fais ! Peux-tu nous décrire ta journée type de pépite ?

En gros, dans notre bureau d’études spécialisé dans l’aménagement urbain/paysager et dans la qualité environnementale du bâtiment, je m’occupe des études de conception des bâtiments.

Notre stratégie se base sur le bioclimatique, permettant de concevoir en utilisant principalement des solutions passives et en utilisant le moins possible les solutions actives (comme la clim’ par exemple). L’objectif étant à la fois d’assurer le confort de l’usager mais aussi de réduire au maximum l’impact environnemental de nos constructions.

Quels sont les éléments de ton parcours qui s’avèrent les plus utiles dans ton job actuel ?

Les stages et les rencontres !

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ? Au contraire, qu’est-ce que tu aimes moins, ou qui est plus difficile ?

La variété des projets en fonction du climat ! A la Réunion, les conceptions vont largement variées en fonction de l’endroit où on se situe. Nos stratégies vont donc varier d’un projet à l’autre. Ce que j’aime aussi, c’est convaincre la personne qu’on a en face de nous.

Ce que j’aime le moins c’est rédiger des rapports d’études qui, je pense, sont rarement lus par les destinataires !

Quel est pour toi l’équilibre idéal entre sens & rémunération ?

Je pense qu’il y a un équilibre à trouver et qu’il faut savoir ce qu’on vaut vraiment. Si tu n’aimes pas ce que tu fais, c’est sûr que tu vas te plaindre de ton salaire ; c’est paradoxal mais c’est la vérité.

Petit coup d’œil à la boule de cristal : où te vois-tu dans quelques années, au niveau boulot ?

A la Réunion et au soleil, bien sûr.

Et j’aimerais m’orienter vers la maîtrise d’ouvrage pour pouvoir être moteur de projets innovants pour le développement économique et environnemental de mon île !

Retour vers le futur ! Tu reviens te murmurer à l’oreille au lycée, qu’est-ce que tu te dis ?

Fais ce qui te plaît et ne laisse personne choisir pour toi 🙂

Envie de poser d’autres questions à Sébastien sur son parcours ? Ecrivez-lui ici !
Vous êtes une pépite et vous souhaitez remplir le formulaire ? RDV ici !