Mélissa_Strauss_pépite

Sensible aux causes humanitaires et environnementales depuis toujours, Mélissa Strauss a dû cheminer avant de trouver un poste qui lui permettait d’allier son engagement et sa passion pour la communication.

Aujourd’hui, elle est chargée de communication chez Petit Veganne, une startup proposant des alternatives véganes à des produits essentiels comme… le fromage ! En parallèle de ce travail, elle monte aussi une activité d’auto-entrepreneur pour donner de la visibilité à des projets à fort impact positif. 🧀🌍

Retour sur les bancs du lycée, tu passes le bac… C’était quoi ton plan à ce moment-là ?

En 2015, j’ai obtenu un BAC ES et j’ai intégré un IUT en DUT Techniques de commercialisation. 

Pour être honnête, je crois qu’à ce moment précis je n’avais pas vraiment de plan, mis à part essayer de « trouver ma voie » au plus vite. Je n’ai pas aimé le monde du commerce et son aspect très concurrentiel qui peut être écrasant. Néanmoins, le marketing et la communication m’intéressaient déjà fortement et j’ignorais que j’allais trouver un très bon « compromis ».

À ce moment-là, déjà bénévole dans une association de danse depuis 3 ans, j’étais désireuse de m’engager pour des causes qui ont du sens comme l’humanitaire ou la planète. En lisant, en faisant des recherches, stages et autres expériences, j’ai compris que c’était possible d’allier travail, engagement et impact positif !

Peux-tu nous raconter ton parcours d’études ? Etais-tu concernée par la transition pendant ta formation ?

J’ai toujours été sensible aux causes environnementales, sociales et liées au bien-être animal, que ce soit dans mes études ou dans mes engagements personnels. J’ai aussi toujours aimé le marketing et la communication mais pas directement dans un but marchand : je préfère qu’on l’utilise pour faire évoluer les habitudes et les consciences des citoyens.

– Lors de mon DUT TC, j’ai réalisé deux projets à propos de l’économie sociale et solidaire (organisation d’un village association au cours d’un projet tuteuré et d’une projection/conférence).

– Ensuite, en licence, je me suis engagée chez Greenpeace en tant que bénévole.

– En Master, j’ai réalisé mon alternance chez Happy Earth Now, une association qui a pour but de sensibiliser et d’informer sur les causes humaines, animales et environnementales.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire un travail engagé pour la transition ? Quel a été le déclic dans ton parcours ?

Mon déclic : 1/5 enfant dans le monde ne mange pas à sa faim, comment est-ce encore possible aujourd’hui ?

J’ai donc mené mes recherches et essayé de m’engager au maximum pour un monde plus juste et égalitaire, pour les humains et les animaux. J’ai notamment lu des articles et livres sur l’élevage intensif et la perte de ressources qu’il engendre (en plus de toutes les autres conséquences désastreuses qu’il a…).

Impossible de rester les bras croisés sans rien faire !

Comment as-tu trouvé ton job ?

Réseau professionnel, puis création d’une activité entrepreneuriale en parallèle.

On veut comprendre ce que tu fais ! Peux-tu nous décrire ta journée type de pépite ?

Chez Petit Veganne, je m’occupe de la communication digitale (réseaux sociaux, partenariats avec les influenceurs, projets digitaux, stratégie, etc…).

Pour l’auto entreprise, je commence seulement à développer mon activité. J’ai pour ambition de donner de la visibilité et d’augmenter la notoriété des projets qui ont un fort impact positif (association, refuge, ONG, start-up).

Quels sont les éléments de ton parcours qui s’avèrent les plus utiles dans ton job actuel ?

Je dirais que c’est un tout : les compétences et les connaissances sont importantes pour se lancer et gagner en expertise ! Le réseau est important car il permet souvent d’obtenir des opportunités professionnelles. Les rencontres et événements divers m’ont permis de consolider mon projet professionnel… Chaque élément est un pierre à l’édifice.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ? Au contraire, qu’est-ce que tu aimes moins, ou qui est plus difficile ?

J’aime promouvoir des biens/services qui sont positifs pour l’environnement et pour notre santé. Exercer un métier qui a du sens est primordial selon moi.

Ce qui est plus difficile quand on travaille dans le digital, c’est le manque de vraies interactions/rencontres. Surtout en cette période où elles se font de plus en plus rares ! J’aimerais être davantage en contact avec des personnes, notamment les enfants dans le cadre d’activités de sensibilisation par exemple.

Quelle est la balance pour toi entre sens et argent ?

Le sens est mon premier critère de choix, sans hésitation, tant que le salaire permet de vivre confortablement, dans la simplicité.

Retour vers le futur ! Tu reviens te murmurer à l’oreille au lycée, qu’est-ce que tu te dis ?

Fais-toi confiance ! La vie t’ouvrira les bonnes portes…

Des conseils de lectures / écoutes / outils qui t’ont guidée vers ce premier job ?

LinkedIn et les articles passionnants partagés par les membres de mon réseaux (RSE, marketing social, environnement, greenwashing etc…).

Envie de poser d’autres questions à Mélissa sur son parcours ? Ecrivez-lui ici !
Vous êtes une pépite et vous souhaitez remplir le formulaire ? RDV ici !