Marion, 23 ans, chargée d'affaires publiques chez Hellio GEO PLC

De la passion au militantisme, la préoccupation environnementale s’est transformé en moteur pour Marion. Elle était déjà convaincue de vouloir œuvrer à la transition écologique, et ses expériences l’ont conduite à en faire son métier.

Après s’être spécialisée en droit de l’environnement, Marion Ollier a rejoint Hellio GEO PLC en tant que chargée d’affaires publiques. Sa mission ? Accélérer la rénovation énergétique ! Un moyen concret de faire bouger les choses et dans lequel elle peut constater son impact au quotidien.

Ah, et entre temps elle a rejoint l’équipe des Pépites Vertes où elle s’occupe notamment de nos podcasts ! On est donc encore plus heureux de vous présenter son parcours hyper inspirant🎄

Retour sur les bancs du lycée, tu passes le bac… C’était quoi ton plan à ce moment-là ?

Le grand vide… J’avais envie « d’avoir un impact », sans vraiment savoir comment ! Raison pour laquelle j’ai décidé d’aller en IEP, après avoir découvert de façon impromptue la formation. Je me disais que c’était 3 ans de plus pour décider ce que je voulais faire, tout ça !!

Peux-tu nous raconter ton parcours d’études ? Etais-tu concerné par la transition pendant ta formation ?

Oui, dès ma première année à Sciences Po ! Mon envie de protéger l’environnement et de mettre en place la transition écologique vient d’un amour personnel pour la nature et mes études/échanges avec d’autres personnes m’ont vraiment permis de structurer mes pensées. Je suis devenue végétarienne très rapidement, plus récemment végane. J’ai commencé le zéro déchet et surtout je suis allée dans plein de manifestations qui m’ont politisée et j’ai commencé à être vraiment militante. C’est là que je me suis dit que je pouvais utiliser mon énergie et ma détermination à bon escient !!

Est-ce que tu as eu d’autres expériences à côté de tes études ?

J’ai dû travailler tous les étés depuis que j’ai 17 ans, en particulier dans les champs avec un agriculteur qui est installé à côté du village de mes parents ! Je voudrais dans les prochaines années trouver un emploi lié à l’agriculture et l’agro-écologie car je trouve ce sujet essentiel et c’est quelque chose qui m’émeut et me donne envie de me lever tous les jours pour changer les choses.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire un travail engagé pour la transition ? Quel a été le déclic dans ton parcours ?

Je n’ai pas l’impression d’avoir eu UN déclic, je pense que c’est un processus, amorcé quand j’ai réalisé que j’avais du pouvoir, que je pouvais avoir un impact. Quand j’étais aux Etats-Unis pour ma troisième année, j’ai eu un cours sur « Environmental Ethics » et le projet de fin de semestre, c’était de rédiger ce qui constituait notre propre éthique environnementale. Ce cours a été tellement stimulant et passionnant, j’ai pu me rendre compte que oui, j’avais une vision particulière de l’environnement et de la nature et que je devais m’en servir.

Comment as-tu trouvé ton job ?

J’ai répondu à une offre de stage publiée sur Welcome to the Jungle, qui s’est transformée en CDD !

On veut comprendre ce que tu fais ! Peux-tu nous décrire ta journée type de pépite ?

Une grande partie de mon travail c’est de la veille, médiatique, institutionnelle, réglementaire, sur le sujet de la rénovation énergétique pour pouvoir transmettre les informations pertinentes aux équipes, donc c’est souvent par ça que je commence ma journée. Je réponds à des questions sur la réglementation environnementale.

Ensuite je rédige des articles ou des notes de positionnement pour faire de l’influence sur la rénovation énergétique et je participe à des rendez-vous avec plein d’acteurs et d’actrices du secteur. J’écoute beaucoup d’auditions et de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale ou au Sénat, j’ai même pu rédiger des amendements ! Je participe à des évènements sur la rénovation énergétique et la transition énergétique.

Quels sont les éléments de ton parcours qui s’avèrent les plus utiles dans ton job actuel ?

100% ma capacité d’adaptation et d’apprentissage rapide ! Et mes capacités de rédaction. Le secteur dans lequel je travaille est extrêmement technique et je n’y connaissais pas grand chose en débutant mais ma capacité à être une éponge s’est révélée essentielle. Je deviens rapidement une experte et j’apprends de nouvelles choses chaque jour !

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ? Au contraire, qu’est-ce que tu aimes moins, ou qui est plus difficile ?

J’adore le fait de voir les impacts concrets : je peux savoir combien de bâtiments ont été rénovés, combien de ménages ont été aidés, je trouve ça stimulant, ça remplit tout à fait ce besoin que j’avais de me dire « ce que je fais compte ». J’apprécie aussi le fait d’essayer de faire de la communication et du lobbying pour développer encore le sujet de la rénovation énergétique !

Ce que j’aime moins, c’est le fait que ce soit un travail de bureau, (parfois plutôt de salon ces temps-ci !), d’être coincée derrière un ordinateur. J’ai toujours rêvé d’avoir un métier en extérieur, où je puisse bouger !

Quelle est pour toi la balance entre sens et argent ?

Pour moi les deux sont liés, mais en raison du contexte actuel j’ai vraiment accepté la première offre, je n’avais pas envie de continuer à chercher. Dans un tout autre contexte, j’aurais sans doute insisté pour être embauchée directement, sans passer par l’étape stage !

Petit coup d’œil à la boule de cristal : où te vois-tu dans quelques années, au niveau boulot ?

Mon life goal, c’est de faire du conseil en transition énergétique à destination des agriculteurs et agricultrices. Car c’est compliqué à naviguer et pourtant c’est un secteur tellement primordial ! Peut-être même devenir agricultrice maraîchère…

Ou maire d’une ville ou d’un village de campagne, lancer le changement à petite échelle pour faire effet boule de neige !

Retour de futur ! Tu reviens te murmurer à l’oreille au lycée, qu’est-ce que tu te dis ?

Fais-toi confiance et n’écoute pas les autres !

Des conseils de lectures / écoutes / outils qui t’ont guidée vers ce premier job ?

Le site Reporterre , le recueil Reclaim, le livre Ecoféminisme de Maria Mies et Vandana Shiva, le radicalisme inspirant de Greta Thunberg qui dit que tout dans nos modes de vie et nos sociétés doit changer. Et ce super épisode du podcast « Un podcast à soi » sur l’écoféminisme !

Envie de poser d’autres questions à Marion sur son parcours ? Ecrivez-lui ici !
Vous êtes une pépite et vous souhaitez remplir le formulaire ? RDV ici !