marianne

Nous voici aujourd’hui avec Marianne Josselin, pépite intrépide et passionnée de nature. Pour elle, tout a commencé par une rencontre après le bac, puis 2e déclic avec l’arrivée en école de commerce, qui a achevé de la convaincre de tracer sa propre voie. Quelques stages et expériences plus tard, la voilà qui rejoint l’aventure ChangeNOW suite à une rencontre inspirante avec sa fondatrice. Elle partage son parcours (rires et inspiration garantis). ✨

Retour sur les bancs du lycée, tu passes le bac… C’était quoi ton plan à ce moment-là ?

Malheureusement je n’avais absolument aucune idée de ce que je voulais faire plus tard, puisque j’étais intéressée par un milliard de choses, et surtout un peu perdue dans les méandres des divers parcours supérieurs qui s’offraient à moi. Disons que j’avais déjà certaines passions depuis toute petite et qui continuaient à croître avec le temps : la nature (grande amatrice de randonnées, trekkings et campings sauvages en haute-montagne) et la musique (8 ans de clarinette, et en tant que soliste dans un orchestre, accompagnée par un professeur incroyable) / l’art, la culture de manière générale.

Peux-tu nous raconter ton parcours d’études ? Etais-tu concernée par la transition pendant ta formation ?

Oui justement. Tout s’est déclenché en classe préparatoire HEC (ndlr, prépa ECG à partir de la rentrée 2021), lors de laquelle j’ai eu un pré-déclic sur l’impact de nos modèles économiques sur notre société, et bien évidemment sur la planète. Encore une fois, une rencontre principale : notre professeur d’AEHSC (cours d’Analyse Economique Historique des Sociétés Contemporaines) Madame Yvaniès (allez je la cite, elle est balèze !) qui nous amenaient chaque année aux JECO à Lyon, et nous avait permis de rencontrer notamment André Orléan et Michel Aglietta, deux économistes qui questionnent nos modèles.

A ce moment-là, c’est un peu comme si une connexion s’était établie entre mon cœur (mes aspirations personnelles) et mon cerveau (mes ambitions professionnelles).

Est-ce que tu as eu d’autres expériences à côté de tes études ?

Beaucoup. 3 expériences associatives (deux dans mon école, une à côté) et 3 stages différents. Ce serait long de tout décrire, mais disons que mes expériences associatives reflétaient bien mieux mes aspirations, puisque j’ai eu l’occasion de gérer le Festival Etang d’Arts à Marseille, un festival très engagé pour la transition, éclectique, multiculturel, ouvert et gratuit à tous. J’ai aussi été animatrice radio chez Dynam’Hit, et membre d’une association d’aide aux enfants qui décrochent à l’école (l’AFEV).

Mes premières expériences professionnelles dans certains stages ont été très fructueuses et m’ont permis d’aborder divers secteurs d’activité, de confirmer ce que j’aimais/n’aimais pas. Je conseille vraiment à tous ceux qui liront ces quelques mots de faire un maximum de stages différents (dans une petite ou plus importante structure, différentes missions et secteurs d’activités) !

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire un travail engagé pour la transition ? Quel a été le déclic dans ton parcours ?

Mon deuxième déclic (très important celui-ci) s’est déclenché lors de mon arrivée en école de commerce. Une catastrophe, clairement. Je me suis demandé ce que je fichais ici, et je ne comprenais pas pourquoi on nous enseignait le « business à tout prix » sans prendre en compte les enjeux environnementaux et sociaux (excepté un ou deux cours en options)… nous, soi-disant futures élites de la nation ! Un schisme s’est vraiment créé à ce moment-là, j’ai eu un long moment de doutes… Et finalement, j’ai décidé de m’investir dans 3 associations en accord avec mes valeurs, et de ne pas suivre le chemin tout tracé qui m’amenait vers du “Head of bullshit”. Je crois qu’aujourd’hui nous sommes à un carrefour dans l’enseignement, et que les écoles qui ne prennent pas le virage de la transition sont vouées à dépérir.

Comment as-tu trouvé ton job ?

J’ai rencontré la co-fondatrice de ChangeNOW il y a 3 ans déjà lors de l’organisation de leur événement « ChangeNOW my job ». Coup de cœur humain, et bien entendu coup de cœur du projet !

On veut comprendre ce que tu fais ! Peux-tu nous décrire ta journée type de pépite ?

Aucune journée ne ressemble aux autres *rires* (oui oui je maitrise le style journalistique aussi) notamment parce que mon métier n’est absolument pas chronophage, et évolue tout au long de l’année selon les périodes, et ma montée en compétences.

Si on doit tirer une photographie du moment actuel, je dirais qu’une journée se découpe en 4 phases principales :

  • Réfléchir et améliorer constamment l’opportunité d’exposer à ChangeNOW et les canaux pour rendre visible notre appel à projet
  • Dénicher les meilleures innovations à impact positif
  • Les convaincre de venir exposer leur solution à ChangeNOW
  • Accompagner ces projets jusqu’au jour J, pour leur faire vivre la meilleure expérience qu’ils n’auront jamais eue
Quels sont les éléments de ton parcours qui s’avèrent les plus utiles dans ton job actuel ?

Mon expérience logistique sur l’organisation d’autres événements m’a été très utile et dès le début. Ensuite, tout s’apprend lorsqu’on est passionné !

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ? Au contraire, qu’est-ce que tu aimes moins, ou qui est plus difficile ?

J’aime le contact avec les solutions. J’aime créer une relation forte avec ces entrepreneurs, et faire en sorte de créer une vraie communauté que l’on va pouvoir aider d’années en années. J’aime me projeter dans l’avenir et prendre du recul sur nos actions actuelles afin de constamment m’améliorer.

La partie administrative (mais nécessaire) est un peu moins ma tasse de thé – aveu d’une tête en l’air.

Petit coup d’œil à la boule de cristal : où te vois-tu dans quelques années, au niveau boulot ?

Pas facile à dire ! J’aimerais faire en sorte d’être plus pointue dans ma capacité à pousser des projets qui pourront vraiment faire la différence en termes d’impact. A voir comment est ce que cela se concrétisera 😉

Pourquoi pas entreprendre pour un projet propre aussi ; le champ des possibles est ouvert !

Retour vers le futur ! Tu reviens te murmurer à l’oreille au lycée, qu’est-ce que tu te dis ?

“Ne fais pas d’école de commerce mais plutôt un IAE ou un Master en Environnement !” (je plaisante) (un peu).

J’aurais surtout aimé avoir une pleine conscience de la pertinence de mes cours préparatoires, et surtout, avoir peut-être déjà rencontré des personnes qui entreprennent pour un monde meilleur.

Des conseils de lectures / écoutes / outils qui t’ont guidée vers ce premier job ?

We Demain ! Gros coup de coeur ! D’ailleurs j’en parlais lors de mes entretiens. Je lisais aussi déjà Kaizen, Socialter et… Trax magazine ! (la techno c’est engagé, faut pas croire, allez jeter un coup d’œil au label “underground resistance” de Jeff Mills) et plus récemment un super Podcast à soi.

Envie de poser d’autres questions à Marianne sur son parcours ? Ecrivez-lui ici !
Vous êtes une pépite et vous souhaitez remplir le formulaire ? RDV ici !