Hugo Cartalas

Prenez un peu d’échecs, des convictions, une formation, une rencontre, un peu de sel si cela vous fait plaisir et vous obtiendrez un déclic. Ce déclic, Hugo Cartalas l’a eu, et maintenant, l’environnement et les droits humains ne font plus qu’un chez lui. Pour donner du sens à son métier, il n’a pas eu peur de tenter l’aventure en co-fondant une startup. Aujourd’hui, lui et Greenlobby ont un rôle fondamental dans l’évolution de nos lois pour mieux vivre, créer de l’emploi, dynamiser les territoires, mieux répartir les richesses et respecter les limites planétaires.

Peux-tu nous raconter ton parcours d’études ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire un travail engagé pour la transition ? Quel a été le déclic dans ton parcours ?

Après deux « brillants » échecs aux concours des IEP (Sciences Po) et un court passage en fac de droit pur jus, j’ai eu la chance de pouvoir retomber sur mes pieds en entrant dans la première promo de Licence de Science Politique à Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. S’en sont suivies cinq très belles années de formation, quoiqu’un peu trop académique sur les bords, où mon objectif était clair : intégrer le M2 Développement et aide humanitaire pour m’engager professionnellement dans la défense des droits humains.

Je me suis penché progressivement au fil de mon parcours sur les questions écologiques et, comme bien souvent, c’est par la rencontre avec un professeur (climat et développement) que le déclic a eu lieu. Depuis lors, mes engagements pour l’environnement et les droits humains ne font plus qu’un.

Est-ce que tu as eu d’autres expériences à côté de tes études ?

Diverses expériences, de plus ou moins longue durée. J’ai d’abord été membre de l’association des droits de l’Homme de la Sorbonne, avant de m’engager pendant un an dans une association pour récolter des fonds et aller construire des toilettes en Inde pendant un été. De retour en France, j’ai donné des cours de français à des réfugiés pendant 2 ans au sein de l’Ordre de Malte, avant de réaliser mon stage de fin d’études à la Direction générale du WWF.

On veut comprendre ce que tu fais ! Peux-tu nous décrire ta journée type de pépite ?

Nous avons créé Greenlobby pour renforcer l’influence des citoyen.nes et des acteurs.ice.s de la transition et faire voter des lois respectueuses de la planète. Donc le matin, c’est réunion avec l’équipe. On fait un point sur les priorités dans nos actions d’accompagnement d’ONGs, d’interprofessions et d’entrepreneurs sociaux et environnementaux. Le reste de la matinée me permet de rédiger la nouvelle tribune du moment : « It’s a match ! Ensemble, hackons le projet de loi climat ».

Rapide déjeuner avant d’enchaîner avec quelques rendez-vous clients (ex : RAC, Commerce équitable) et avec des partenaires (ex : makesense, Déclic).

Fin d’après-midi, rédaction d’un amendement pour imposer des conditions sociales et environnementales aux aides publiques.

Début de soirée, formation de citoyens engagés à la Fresque « pour une société écologique » et état des lieux de la mobilisation citoyenne en soutien à la Convention Citoyenne pour le Climat.

Diner puis petit tour sur les différents réseaux sociaux pour être sûr de n’avoir raté aucune information d’importance.

Quels sont les éléments de ton parcours qui s’avèrent les plus utiles dans ton job actuel ?

J’apprends chaque jour de nouvelles choses qui me sont utiles, pour moi et Greenlobby. S’il y a bien un élément que mon parcours m’a appris, c’est qu‘il faut être débrouillard, qu’il ne faut pas avoir peur de tenter. Surtout ne pas se laisser intimider par des personnes qui semblent tout savoir, car bien souvent, on a la surprise de découvrir qu’ils en savent moins que nous mais parlent plus.

Pour répondre plus directement à la question, je dirais que ma formation universitaire me permet d’avoir cette approche systémique et critique essentielle pour exercer mon métier aujourd’hui, pour détecter les « fausses bonnes idées » écologiques et politiques.

Mes expériences dans les associations humanitaires et environnementales me permettent de comprendre les enjeux et besoins de nos partenaires et clients. Nous nous comprenons, chose essentielle au quotidien.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ? Au contraire, qu’est-ce que tu aimes moins, ou qui est plus difficile ?

Rencontrer et se faire rencontrer des individus supers qui façonnent le monde de demain. Aider à créer des synergies entre divers acteurs avant de traduire des idées en modifications législatives répondant à l’intérêt général, il y a de quoi devenir accro ! 😉

Les coups de mou sont passagers mais bien évidemment présents lorsque l’on monte une structure. Ce qui m’est le plus désagréable sont les tâches administratives, mais bon, parfois pour changer le monde il faut accepter de faire de la compta😋

Quelle est pour toi la balance entre sens et argent ?

Je veux beaucoup de sens et suffisamment d’argent pour vivre décemment, pouvoir profiter de ma famille et de mes amis. C’est encore malheureusement un combat constant pour beaucoup trop d’entre nous qui souhaitons avoir un impact positif fort sur la société. Il est vital de (re)monétariser les actions d’intérêt général, sans quoi nous ne serons jamais suffisamment fort et nombreux pour lutter à armes égales avec ceux qui ne visent que l’enrichissement personnel court-termiste.

Petit coup d’œil à la boule de cristal : où te vois-tu dans quelques années, au niveau boulot ?

Si j’étais chez Madame Irma, j’espère qu’elle me dirait que dans quelques années le plaidoyer/lobbying environnemental sera devenu la norme et que les lobbies industriels-pollueurs seront mis sur la touche, ringardisés et vu pour ce qu’ils sont : les défenseurs d’intérêts privés bien souvent incompatibles avec le respect de la planète et des êtres humains. Et dans tout ça, j’espère que Greenlobby continuera à alimenter et soutenir les ONGs, les territoires et tou.te.s les entrepreneur.euse.s qui fourmillent de bonnes idées pour concrétiser la transition écologique.

Des conseils de lectures / écoutes / outils qui t’ont guidé vers ce premier job ?

***

Envie de poser d’autres questions à Hugo sur son parcours ? Ecrivez-lui ici !
Vous êtes une pépite et vous souhaitez remplir le formulaire ? RDV ici !