Aujourd’hui on vous parle d’Antoine Bocage, un ingénieur embauché dès sa sortie d’école dans le secteur de la transition énergétique, au sein de l’entreprise BOREAS. Pourquoi ? Parce qu’il voulait pouvoir se lever le matin, et se regarder dans une glace, en sachant qu’il a un travail qui agit pour décarboner notre mix énergétique ! Son job ? Orchestrer le développement et l’implantation des énergies renouvelables, de la conception des projets jusqu’au suivi des chantiers.

Retour sur les bancs du lycée, tu passes le bac… C’était quoi ton plan à ce moment-là ?

Très étonnamment, plus ou moins le même job que celui que je fais aujourd’hui ! (Mais vraiment à la toute fin du lycée).

Peux-tu nous raconter ton parcours d’études ? Etais-tu concerné par la transition pendant ta formation ?

Après le lycée, j’ai fait une classe préparatoire pour passer le fameux « Concours des grandes écoles ». C’était dans une petite prépa sans grandes prétentions, à côté d’Angers (je n’avais pas vraiment le niveau pour tenter les grosses prépas). J‘ai un peu galéré, parfois beaucoup, mais je m’en suis sorti, et me voici qui passe le concours.

Et puis, je suis pris dans une École d’ingénieurs à La Rochelle (EIGSI). Au cours de mes années en École, j’ai fait un Erasmus en Espagne et un stage en Allemagne, au sein de la maison mère de l’entreprise pour laquelle je travaille toujours aujourd’hui.

J’ai été embauché directement à la suite de mon cursus ! Je suis resté à La Rochelle, et j’y travaille depuis un peu plus de 3 ans maintenant.

Pendant mon parcours, je me sentais concerné par la transition écologique, mais je n’avais pas vraiment d’engagement concret.

Est-ce que tu as eu d’autres expériences à côté de tes études ?

J’ai réalisé 2 stages au sein de l’entreprise pour laquelle je travaille aujourd’hui. Je n’ai pas vraiment eu d’autres expériences liées à cette thématique.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire un travail engagé pour la transition ? Quel a été le déclic dans ton parcours ?

Je suis sensible aux émissions de gaz à effet de serre depuis longtemps maintenant. Je voulais pouvoir me lever le matin, et me regarder dans une glace, en sachant que j’ai un travail qui agit pour décarboner notre mix énergétique.

Comment as-tu trouvé ton job ?

Suite à un stage, que j’ai lui-même décroché grâce à une candidature spontanée.

On veut comprendre ce que tu fais ! Peux-tu nous décrire ta journée type de pépite ?

Ohlala, c’est long et assez varié ! Je n’ai pas vraiment de journée type. Alors en résumé, mon travaille s’articule autour de plusieurs axes :

  • La prospection : Recherche de nouveaux sites pour des projets photovoltaïques et éoliens. Cette étape passe par beaucoup de cartographie, puis des rencontres avec les élus locaux et les propriétaires des terrains intéressants.
  • Le développement de projets : C’est l’étape d’après, une fois qu’on a l’accord de principe de tout le monde, on lance des études pour évaluer la faisabilité du projet, et préparer le dossier de demande d’autorisation. Il faut organiser des concertations, et gérer le planning.
  • Construction : Une fois qu’on a le permis de construire il faut préparer le chantier, récolter des offres, planifier le chantier, suivre ses avancements (souvent de loin et parfois sur site).
  • Exploitation : Une fois le parc photovoltaïque ou éolien en service, il faut suivre la production, prévoir les maintenances, etc…
Quels sont les éléments de ton parcours qui s’avèrent les plus utiles dans ton job actuel ?

Pas vraiment de compétences-types, plutôt la manière de fonctionner qu’on nous apprend tout au long du cursus d’ingénieur.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ? Au contraire, qu’est-ce que tu aimes moins, ou qui est plus difficile ?
  • Ce que j’aime le plus : le concret, la préparation du chantier, le suivi de chantier, lorsque le projet est enfin en réalisation car c’est souvent très long (plusieurs années).
  • Ce que j’aime le moins : dans le même sens, les premières étapes du cycle du projet.
Retour vers le futur ! Tu reviens te murmurer à l’oreille au lycée, qu’est-ce que tu te dis ?

Que j’ai eu beaucoup de chance sur mon parcours. Pas grand monde aurait cru que j’en arriverais là.

Des conseils de lectures / écoutes / outils qui t’ont guidé vers ce premier job ?

J’adore les documentaires d’Arte !

Envie de poser d’autres questions à Antoine sur son parcours ? Ecrivez-lui ici !
Vous êtes une pépite et vous souhaitez remplir le formulaire ? RDV ici !