Anastasia, 29 ans, conseillère en transition environnementale

Anastasia Dereppe a toujours été sensible à la question environnementale : il lui manquait simplement SA façon d’y contribuer au quotidien. C’est sa riche expérience associative qui lui a permise de trouver comment elle pouvait s’intégrer au tissu des acteurs de la transition.

Après une expérience au sein du groupe leboncoin, elle décide de monter sa propre structure pour accompagner les acteurs du changement avec Essaim d’avenir. L’idée ? Accélérer la construction de nouveaux récits compatibles avec la préservation de notre environnement.

Aujourd’hui, elle conseille et anime des ateliers auprès d’entreprises, d’élus et d’enseignants pour leur donner les moyens d’impliquer concrètement leur structure dans la transition écologique.

Surmotivée, elle prépare déjà la suite et devrait partir prochainement faire le tour du monde à la recherche d’innovations à rapporter en France ! Anastasia nous raconte comment elle s’est éloignée des carrières traditionnelles post-école de commerce pour inventer sa propre voie 🍃

Retour sur les bancs du lycée, tu passes le bac… C’était quoi ton plan à ce moment-là ?

J’ai engagé des études aux Beaux-Arts après un Bac L Arts.

Peux-tu nous raconter ton parcours d’études ? Etais-tu concerné par la transition pendant ta formation ?

J’ai toujours été sensible au sujet de la préservation de la nature et je le vivais lors de mes études de manière assez intuitive.

Déjà concernée par le sujet mais moins experte sur les tenants & aboutissants. J’étais simplement persuadée que nous allions dans une direction destructrice.

C’était au coeur de projets artistiques que je menais, associé à la thématique des rêves.

Est-ce que tu as eu d’autres expériences à côté de tes études ?

Lors de ma licence, j’ai co-fondé une association et un webzine nommé Culturovore qui vise à promouvoir l’actualité culturelle sur le territoire français & belge. En école de commerce, j’étais engagée dans le bureau de l’humanitaire de mon établissement.

Professionnellement, j‘ai pu effectuer 3 alternances en parallèle de mes études. La toute première expérience, c’était dans un club de football français, je travaillais au département marketing/communication & événementiel J’ai ensuite intégré une agence cross-média et ai notamment travaillé sur la stratégie de communication long-terme de la capitale régionale de la culture de 2013. Enfin, j‘ai terminé mes études en alternance chez Microsoft dans le secteur du marketing

J’ai ensuite travaillé durant 3 années au sein du groupe leboncoin, d’abord dans l’implémentation de projets data-drive, puis au sein de la stratégie d’entreprise.

Je suis depuis engagée dans différents collectifs engagés pour la transition tels que : La Fresque du Climat, donc je suis référente Ile-de-France & formatrice agréée, La Renaissance Ecologique, Les Shifters.

Je facilite par ailleurs des ateliers de la Fresque du Numérique & des Nouveaux Récits.

J’ai également initié la création du Club Alumni « RSB for change » de mon ancien établissement.

L’engagement associatif est vraiment la clé pour envisager une transition individuelle fertile & pérenne !

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire un travail engagé pour la transition ? Quel a été le déclic dans ton parcours ?

J’ai souhaité intégrer le groupe leboncoin par convictions profondes car il s’agissait pour moi de l’entreprise française la plus à même d’insuffler un changement de comportement souhaitable & inspirant.

C’est une alternative concrète à l’achat en ligne de neuf, également une entreprise qui vise à re-dynamiser les territoires, créer du liens entre les individus et surtout… qui promeut par essence l’économie circulaire !

Je participais après mon travail, de manière très régulière à des conférences, des ateliers, des cours, … Et ça m’a profondément nourrie, fait rencontrer beaucoup de personnes inspirantes & fait grandir en expertise et incité à prendre part en tant qu’actrice indépendante et « slasheuse ».

Comment as-tu trouvé ton job ?

Aujourd’hui, si je devais trouver un emploi orienté sur la transition, j’irais voir du côté de Jobs that make sense, Shift your jobs ou des groupes tels que « les offres d’emploi de la transition ».

C’est notamment grâce aux collectifs propulsés par Makesense que j’ai ressenti le besoin et la légitimité de monter ma propre entreprise « Essaim d’avenir » qui oeuvre pour l’écologie profonde.

On veut comprendre ce que tu fais ! Peux-tu nous décrire ta journée type de pépite ?

J’accompagne les entreprises dans leur acculturation à grande aux enjeux énergie/climat/biodiversité en proposant des plans de déploiement de formation et d’engagement. Cela passe par l’identification de communautés internes, leur donner des clés de mobilisation ainsi que les leviers d’actions pour accélérer la transition environnementale & sociale de leurs entreprises.

J’oeuvre également aux côtés des nombreuses organisations telles que le Printemps Ecologique, le premier éco-syndicat, la Fresque du Climat, qui sensibilise à grande échelle et la Fabrique Spinoza qui oeuvre pour une pédagogique positive.

Actuellement je travaille sur différents projets qui visent à intégrer les enjeux climatiques dans les programmes pédagogiques. Je forme notamment des enseignant.e.s des écoles du supérieur et les accompagne dans la création de formats & supports.

J’accompagne également la formation des élu.e.s dans la germination de projets locaux intégrant les limites planétaires. Je suis au contact de personnes très diversifiées : des professionnels de la RSE, des responsables d’entreprises, des élu.e.s, des enseignant.e.s et directeur.rice.s d’écoles, …

Quels sont les éléments de ton parcours qui s’avèrent les plus utiles dans ton job actuel ?

Mon implication associative a été un véritable catalyseur en terme de connaissances et rencontres.

La Fresque du Climat est à date l’organisation dans laquelle j’ai été le plus impliquée et que j’accompagne désormais dans le déploiement sur le territoire. Un réseau extrêmement fertile et inspirant !

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ? Au contraire, qu’est-ce que tu aimes moins, ou qui est plus difficile ?

La multiplicité des projets et leur impact. Les domaines de la formation & du coaching sont très fortifiants car on sent concrètement l’incidence que l’on peut avoir sur la prise de conscience des participant.e.s, l’intégration dans les stratégies des entreprises, … Ce qui rend l’activité très concrète.

Le plus complexe est d’avoir à gérer 100% de la chaine de valeur de projets très structurants : finance, stratégie, commercialisation, design, … Il ne faut ainsi rien oublier, monter dans compétences sur de nombreux domaines ! Cela peut ainsi influencer des horaires à rallonge 😉

Retour vers le futur ! Tu reviens te murmurer à l’oreille au lycée, qu’est-ce que tu te dis ?

Ne change rien ! Chaque chemin te sera structurant pour la suite et rien ne t’enferme jamais totalement. Suis ta source d’inspiration première 😉

Petit coup d’oeil à la boule de cristal : où te vois-tu niveau boulot dans quelques années ?

Je travaille sur la préparation d’un projet d’étude international qui débutera courant 2022, qui aura pour thématique l’intégration des enjeux environnementaux dans les différentes civilisations du monde – spécifiquement la jeune génération.

Il s’agira d’une étude terrain au contact des écoles, administrations, entreprises, citoyen.ne.s, etc. Je me vois donc en itinérance, à travers le monde durant 2 à 3 années. Puis revenir en France pour mettre en application de programmes concrets la résultante de cette étude.

J’imagine également dans quelques années, être à l’initiative d’un lieu de vie inspirant où nous expérimenterons la gouvernance partagée, l’écologie profonde, la transition, la pédagogie alternative, …

Parlons CASH ! Quelle est pour toi la balance entre sens et argent ?

En sortie d’école de commerce, nous avons souvent une vision du succès orientée par le salaire à la sortie plutôt que l’impact positif de notre future place dans la société. Les classements propagés massivement dans la presse nous influencent ainsi beaucoup et positionnent le curseur au mauvais endroit en terme de sens.

J’ai considérablement réduit mon train de vie à la sortie du salariat (ce qui est d’ailleurs en accord avec la réduction de mon empreinte sur le monde) et je suis désormais bien plus alignée ! Etonnement, je mets aussi plus de côté car je réfléchis sérieusement à mon rapport aux besoins.

Des conseils de lectures / écoutes / outils qui t’ont guidée vers ce premier job ?

Des structures et programmes tels que Ticket for change & Makesense m’ont vraiment aidé dans le passage initial à l’action.

Travailler sur mon Ikigai a également beaucoup raisonné; c’est un exercice que je conseille à tout le monde ! Je fais régulièrement le point sur mes avancées, mes projets et ce vers quoi je veux aller par essence afin de ne pas me perdre en chemin et m’aligner de nouveau si besoin.

Envie de poser d’autres questions à Anastasia sur son parcours ? Ecrivez-lui ici !
Vous êtes une pépite et vous souhaitez remplir le formulaire ? RDV ici !