En Novembre 2021, nous recevons une proposition de Marion Velley, membre des Club des Pépites salariée de Volvo Group qui nous appelle depuis Göteborg : « et si on faisait une réunion pépite pour parler des leviers d’engagement en interne des entreprises ?« 

Car se bouger soi-même peut aller vite… Alors que faire changer toute une entreprise ça prend du temps. Membre de la Green Community de son entreprise, elle se creuse la tête sur ces deux questions : comment mieux s’équiper pour faire bouger les choses au sein de son organisation ? ET SURTOUT comment arriver à engager les non-convaincus ?

Pour y répondre, elle a décidé de mobiliser la bande du Club des Pépites et nous étions une quinzaine de membres à y réfléchir ensemble fin novembre ! « Le Club des Pépites Vertes ? c’est THE groupe de jeunes engagés professionnellement pour la transition écologique. Son but principal est de mettre en relation et en lumière, des jeunes salariés de milieux et compétences divers. On y retrouve un intérêt “promotionnel” mais également pédagogique, où l’on s’entraide, propose des formations et autres événements. En septembre j’ai décidé de les rejoindre pour me donner plus d’outils et d’inspiration » nous explique Marion. En deux / trois emails, le RDV était pris ! Les participants devaient se connecter avec 2 choses à préparer : l’expérience d’une galère pour faire adhérer une idée ET une bonne pratique pour convaincre.

🌟 Ça a donné un mix explosif d’expériences provenant de startups, d’associations et de grands groupes partout en France avec un petit détour par la Suède… dont voici la synthèse écrite par Marion ! 🌟

1 – S’entourer

→ Pitcher une bonne idée SEUL(E) est une chose.

→ Pitcher une bonne idée appuyée par des collègues et/ou la direction, ça en est une autre.

En interne : Entourez-vous d’un noyau dur de personnes motivées par le projet et prêtes à se mobiliser pour propager les idées et créer un effet boule de neige. Il n’est pas nécessaire de trouver 10 ou 15 personnes. Parfois, embarquer 1 ou 2 personnes clés au sein de votre direction peut être largement suffisant.

Pour reprendre les mots affûtés d’une de nos pépites “N’hésitez pas à aller frapper plus haut, enfoncez des portes, et soyez contagieux sur vos idées même auprès de la direction”. C’est selon nous LA clef du succès pour appuyer, légitimer et communiquer les projets avec vous.

En externe : Rapprochez-vous d’homologues ou d’autres grandes entreprises pour comparer, et comprendre sur ce qui se fait déjà ailleurs et vous inspirer de différentes méthodes. C’est d’ailleurs la vision portée par l’asso Les Collectifs si vous souhaitez en savoir plus !

Comment pouvez-vous vous y prendre ?

Créez une communauté

Depuis 1 an, j’en ai créé une de 6 personnes, et chaque semaine nous échangeons 30min sur des sujets sympa de sensibilisation à lancer autour de nous : quiz, calcul de son empreinte carbone, newsletter, séances d’interview, et même sessions de kayak gratoss !

Lancez des weekly ou monthly challenges en équipes

En incluant dans ces compétitions différentes options, pour ne pas isoler les personnes qui ne se retrouveraient pas dans un seul type d’activité. Cela peut être un mix de sport, nourriture végétarienne, photographie, do-it-yourself etc.

Proposez des petit-déj « ouvertures d’horizons » avec des thèmes liés au Développement Durable où chacun amène un sujet et le discute.

Lancez des quiz mensuels alliant fun et connaissances

Pour motiver les troupes, faites gagner un bon cadeau pour… Un atelier wecandoo, un escape-game, des paniers nourritures locaux et bio etc. Il y en a pour tous les goûts et tous les prix !

Aidez-vous d’outils existants tels que Ma Petite Planète, Vendredi, Little Big Impact etc.

À titre personnel, jouer sur le collectif a vraiment été un changement radical, car tout seul on finit parfois par s’essouffler. Et notamment sur les sujets de transition complexes tels que la réduction des émissions carbones où je recommande vivement de bosser à 2 minimum. Ce sont de belles occasions d’apprendre des autres, de se remotiver et de créer des projets transverses.

2 – Identifier les (bonnes) priorités

Il y a certains sujets qui nous touchent, ou qui nous plairaient de déployer… alors on voudrait foncer tête baissée !! Mais ces mêmes sujets ne sont pas toujours cruciaux pour votre organisation. Moi-même, j’avais débuté avec des sujets sur des efforts à faire chez soi. Puis j’ai rapidement changé mon fusil d’épaule pour me focaliser sur des sujets internes à l’organisation (émissions carbones, sensibilisation, circularité…). Et comme l’impact y était bien plus fort, cela a mieux fonctionné ! Donc gagnez du temps, et travaillez sur des sujets porteurs.

Comment ?

Cartographiez les enjeux

L’analyse de matérialité, par exemple, vous permet de cartographier les enjeux qui auront un impact significatif sur votre organisation, sur ses activités et sa “capacité à créer de la valeur financière et extra-financière pour elle-même et ses parties prenantes”. Le tout étant de placer enjeux financiers, sociaux et environnementaux selon 2 axes, à savoir l’impact 1) pour les parties prenantes et 2) sur la performance sur l’entreprise.

Bien sûr tout le monde ne peut pas devenir expert de la matérialité en un jour, et ces outils sont souvent plus complexes qu’ils en ont l’air. Faites vous accompagner par votre département RSE, ou des cabinets de conseil qui pourront vous aider à effectuer au mieux cet exercice. Une fois ces idées posées, pensez à ne pas vous éparpiller mais plutôt à vous focaliser sur 1 ou 2 batailles qui en valent la peine. Si vous hésitez entre plusieurs idées, choisissez d’abord les moins compliquées à déployer !

Choisissez quelques batailles “simples”

C’est tout l’intérêt de la matrice gain/effort (pain/gain). Remplissez là et identifiez ce qui termine dans la case verte “quick-win”, c’est-à -dire d’une valeur ajoutée importante avec une certaine facilité de mise en œuvre. En effet, voir que vous êtes capables de succès, même simples, donnera envie de vous faire confiance sur des sujets plus complexes. Et cette confiance sera un élément clef pour la suite.

Lorsque vous aurez 1) énuméré 2) évalué 3) priorisé vos idées, on remarquera chez vous une vraie volonté de creuser votre sujet.

3 – Adapter son discours à sa cible

Nous ne sommes pas tous pareils. C’est d’ailleurs la beauté humaine.. et la beauté de la rhétorique ! Il faut prendre le temps d’identifier les différents leviers émotionnels à activer en fonction de votre auditoire. Pour cela, réfléchissez à identifier les freins et trouver les quelques points de bascule.

Comment ?

Travaillez avec les outils de psychologie

Tout simplement mieux comprendre ce en quoi les gens croient et ce en quoi ils ne croient pas. Comprenez ce qui les touche. Ce qui a du sens pour eux. Les freins majeurs. Pas de besoin de devenir expert de l’hypnose mais inspirez vous et essayez de mieux cerner certains mécanismes du comportements.

Les tests de personnalité MBTI, ou celui des “Big Five” également connu sous l’acronyme OCEAN peuvent permettre de mieux connaître le fonctionnement des personnes qui vous entourent notamment sur leurs valeurs, leur ouverture d’esprit, leur envie d’être stimulé… C’est en améliorant cette connaissance, que vous pourrez améliorer l’implication et le soutien du collectif dans votre projet, et donc vos chances de le mener à bien.

Trouvez les points de bascule

Opérationnel, image de marque, attente client, rentabilité, valeurs, bien être… Pour certaines personnes le déclic environnemental va fonctionner. Pour d’autres, à vous de raconter une histoire.

Un exemple du terrain avec notre pépite Alexandre qui a lancé une journée ramassage de déchets au sein de son quartier, et qui a réussi à créer un mouvement de masse intergénérationnel. Pour certains jeunes il a activé l’idée d’une compétition entre quartiers. Pour les plus âgés il a mis en valeur l’opportunité de se balader et rencontrer le voisinage. Et pour d’autres, la notion du respect de la nature et de son environnement quotidien.

4 – Former et informer

Une fois ces facteurs et freins identifiés, il vous sera plus simple de contre-attaquer en évitant un hors sujet 💪 La suite logique sera de passer du temps à former et informer vos équipes sur les enjeux environnementaux, sujets scientifiques et complexes. Nous avons besoin d’allouer du temps pour créer un socle de connaissances et croyances communes. Surtout entre différentes générations.

Comment ?

Utilisez les outils de formation

Tels que la fresque du climat ou l’atelier 2 tonnes afin d’apprendre et partager tous ensemble les faits et données scientifiques sur les sujets climatiques. Ce sont des “serious-games”, qui permettent de se former et sensibiliser de manière ludique et collaborative. On apprend beaucoup et tout cela basé sur des sources scientifiques reconnues. Testé et approuvé dans mes équipes ;). Et je ne suis pas la seule : 300 000 personnes sensibilisées au sein de grands groupes et écoles (EDF, Décathlon, HEC, Schneider Electric…).

Lors de ces sessions de partage d’information, pensez à utiliser des sources de confiance tels que le site ourworldindata, ou le rapport du GIEC. Nous avons la chance depuis quelques années d’avoir des données claires et scientifiques, profitons-en !

Demandez à être formé grâce à votre compte de formation !

5 – Penser durable et endurance

Entourés, équipés, vous ne lâcherez plus jamais… Revenez à la charge plusieurs fois par mois avec le sourire pour marquer les esprits ! Cela prouvera une bonne endurance de votre part, et finira de convaincre les hésitants.

Comment ?

Allouez-y du temps régulier (même court!)

→ Poussez votre démarche dans les teambuildings, réunions communications, ressources humaines…

→ Proposez des indicateurs mesurables (KPI) à suivre sur les agenda de vos réunions d’équipes : les émissions carbones si vous êtes bien avancé, ou le niveau de sensibilisation si vous commencez

→ Envoyez des articles, photos, vidéos ou autres sujets inspirants sur les plateformes internes

Et pendant ces quelques créneaux réguliers, pensez à remettre en valeur TOUS les bénéfices, et pas seulement au sein d’une seule équipe, ou d’un seul site géographique : bénéfices économiques, attentes clients, transparence, labels, simplicité logistique, bien-être au travail, image de marque, nouveaux partenariats etc. Un seul projet peut même en combiner plusieurs alors jouez là-dessus ! Le greenwashing est à la peine, il faut que la direction se mobilise 😉

BREF

Certes il y a un petit côté idéaliste dans cet article (pardon d’avoir des idéaux !). Vous aurez raison de dire que oui, dans le meilleur des mondes, il serait simple d’implémenter ces 5 idées. Ou que ces outils sont jolis sur le papier, mais ne font pas toujours avancer le schmilblick. Qu’ils demandent du TEMPS et du FINANCEMENT… Et donc de la volonté de la part des décideurs. Mais croyez-moi, ce sont de super points de départ et réflexions ! Parole de Pépite.

Cela permet 1) de se poser les bonnes questions et 2) de les structurer, et les challenger sous différentes approches. À vous ensuite de les rendre encore plus puissantes en les travaillant avec les bonnes personnes.

Bien sûr, il n’est pas toujours facile de trouver le soutien attendu. Et je mesure tout à fait la chance que j’ai en Suède au sein de mon groupe d’être entourée et soutenue ! Mais dans tous les cas allez-y, faites vous confiance et essayez 🙂 Tâtez le terrain, et identifiez les oreilles attentives. Ce sont de belles prises d’initiatives, rien de dramatique si cela ne marche pas ! Comme on dit aux Pépites, « nous sommes de celles et ceux qui essaient ! »

Et pour ne pas vous démotiver, commencez cette rentrée avec une idée sympa, simple et concrète à déployer telle que la fresque du climat. Cela sensibilisera et ouvrira des portes sur des projets à impact positif. Continuez à vous inspirer de supers articles, bouquins, podcasts. Et partagez nous toutes vos bonnes idées en commentaires 😀

C’est sûr j’ai du en oublier une petite centaine… c’est le risque pendant les fêtes, le cerveau est généralement remplacé par un deuxième estomac.. 🎂

A bientôt !

Vous aussi souhaitez écrire pour les Pépites Vertes ? Ecrivez nous ici pour toute proposition.